Préparer les France de l’Avenir : nos conseils

Cadets, Juniors ou Espoirs, les Championnats de France de l’Avenir sont un des objectifs majeur de la saison d’un sportif. Le maillot tricolore fait rêver … et, même si un seul l’obtiendra, l’envie de réussir demeure en chaque athlète.

Un dossier réalisé par Nicolas BOISSON, entraîneur BEES 2nd degré à la U19 Racing Team

Retrouvez cet article dans Génération Avenir #10 en intégralité et illustré.

Aujourd’hui, il est conseillé de travailler sur un cycle de travail de quatre semaines consistant en trois semaines de travail spécifique suivi d’une semaine d’assimilation des charges*, aussi appelée période d’affûtage.  * Charge = Intensité x Temps
En pleine saison, l’organisme étant (normalement) déjà bien entraîné, il n’est pas nécessaire d’insister sur le développement des qualités d‘endurance de base (rouler plusieurs heures à une allure modérée).  Il ne faudra cependant pas oublier de faire des rappels avec une grande sortie par semaine en y insérant un travail d’explosivité (sprint sur un court laps de temps ≈ 7 secondes) et de vélocité.


Le travail spécifique  commencera « réellement » par le développement de la force sous max. Par exemple,  un des exercices préconisé est de  monter des bosses à allure soutenue à de faible cadence ≈ 60 rotation par minute. Dans une logique de planification, le développement du rythme intervient en 3ème position. Le derrière scooter est très intéressant notamment pour les coureurs préparant le clm. En effet, le derny permet d’être à une intensité soutenue tout en étant bien véloce (à l’image d’un peloton). Le rythme devra également être travaillé seul, contre le vent (ex : échappé solitaire/clm – bordure)Le travail au seuil anaérobie (rythme – seuil – pma) interviendra en fin de cycle de travail spécifique, où il pourra être associé à la tolérance lactate. Ces intensités sont déterminantes dans la performance : la différence se fait ici !
Quelque soit le cycliste (bicrosseur, vététiste, pistard ou Routier), nous sommes tous capable d’aller faire 3h de vélo sans forcer ; mais rouler vite sur cette même durée NON. C’est pourquoi, il est indispensable de travailler l’ensemble des aptitudes physiques.

Gérer la fatigue
Après cette première période d’entraînements axée sur plusieurs semaines, il est important de récupérer en réduisant le volume, tout en gardant quelques intensités : c’est la période d’affûtage. L’objectif est de garder une aptitude physique élevée et de réduire au maximum sa fatigue. En effet, plus la fatigue d’un coureur entraîné sera moindre, meilleure sera sa capacité à performer !
Beaucoup d’autres critères que le physique doivent être pris en compte afin d’optimiser ses chances de réussite.
L’aspect psychologique à un rôle très important dans l’approche d’un objectif où l’éventuel stress, devra être géré du mieux possible. Le Championnat de France est une course avec des enjeux multiples, et ce quelque soit le niveau et l’objectif du coureur. Le décor de la course va pour certains, les impressionner tant par la qualité de l’organisation que par le public présent sur le bord de la route.

LA CONCENTRATION, UNE DES CLES !
Il est nécessaire de rester concentré, en course comme à l’échauffement. Au CLM par exemple, vous ne devez pas vous disperser lors de votre échauffement sur Home-Trainer par la famille, répondre aux journalistes ou faire de grands sourires aux photographes : un temps pour tout. C’est également le cas pendant la course avec les encouragements des supporters, ou le passage sur la ligne d’arrivée. A chaque tour, plusieurs coureurs veulent passer en tête pour entendre leur nom au micro, mais est-ce vraiment utile ? Non.

Le coureur doit également avoir un moral «d’acier», prêt à faire face aux aléas de la course. Le cyclisme étant un sport d’extérieur, nous ne pouvons maîtriser les conditions météo : il faut donc être capable de courir sous un temps ensoleillé à 35°C que sous la pluie par 15°C.

Ne pas attendre d’être à 100% de son potentiel physique pour gagner !

Le matériel devra être préparé autant que le coureur. Il n’est pas rare de voir les jeunes avec un vélo à 5 000€ non entretenu, aux vitesses mal réglées, aux pneus bien entamés, ou aux cales de chaussures usées. Il est évident que la crevaison peut arriver avec un pneumatique neuf, mais vous devez absolument réduire les risques d’incidents mécaniques.  A l’inverse, d’autres coureurs changent les câbles la veille de la course, test de nouvelles roues ou barres/boissons énergétiques : attention ! Il est préférable d’anticiper sur une ou deux courses auparavant afin de voir si le produit vous convient ou non. Il serait dommage d’avoir des crampes d’estomac sur une telle négligence.

La tête et les jambes
La tactique est un élément décisif, et encore plus lors de ce rendez-vous. C’est une course qui réserve toujours des surprises. Des coureurs favoris peuvent passer complètement au travers en se faisant « enterrer » par le peloton, tandis que les plus courageux ayant su anticiper se retrouveront dans le Top 10. Faites la course en courant intelligemment en pédalant avec vos jambes… et votre tête !
Le Championnat de France de l’Avenir est une course phare de la saison du jeune cycliste. Favoris ou simple participant, c’est un peu notre Tour de France à nous alors n’hésitez pas : préparer et optimiser vos chances de résultat, ça en vaut la peine ! Un moment que vous n’êtes pas prêt d’oublier….

Retrouver les conseils nutrition/hydratation – clm… dans le Génération Avenir #9

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *