Matteo NAZON : du hockey sur glace au vélo de route

Mattéo NAZON est issu d’une famille de cycliste, son père, Jean Patrick NAZON, a porté le maillot jaune sur le Tour de France en 2003 et s’est imposé sur les Champs Elysées. Elève au Pôle Espoir de Dijon cette année, le Vosgien souhaite s’écrire un prénom.

Te voila au sein de la BTWIN U19 AG2R LA MONDIALE. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Tout d’abord pour le projet. Pour moi c’est très important d’allier le sportif et le scolaire. L’objectif est de réussir sportivement et scolairement. Mais aussi d’être accompagné avec un super staff, super matos, super stage super encadrement et tout ce qui s’en suit.

Qu’est ce que tu attends de la structure ?

J’attends de la BTWIN U19 AG2R LA MONDIALE qu’elle m’aide sur le point sportif, notamment avec les courses UCI pour pouvoir prendre de l’expérience et du plaisir. Mais aussi comme je l’ai dis le suivi individualisé pour chaque coureur. Ce super projet me correspond à merveille car je veux réussir sportivement et scolairement.

Mais moi je veux leur montrer que je suis là pour mon coup de pédale, pour mon niveau et non pour mon nom.

Comment vit-on le fait de porter le nom d’un ancien pro, vainqueur d’étapes du Tour de France ? Facile de se faire un prénom ?

On a vite une image à porter, je le vis bien mais c’est pas toujours facile. Je reste moi même sans me dire quoi que se soit. Mon père m’a apprit à avoir des valeurs à toujours rester soit même et jamais dévier de son objectif. Forcément y a des gens qui me reconnaissent grâce à mon nom. Mais moi je veux leur montrer que je suis là pour mon coup de pédale, pour mon niveau et non pour mon nom.

Te voila bientôt junior, quel bilan de tes années cadets ?

Si je devais résumer mes années cadets en quelques mots ce serait :  sérieux, travail, progression, apprentissage. Car pas plus tard que cette année je faisais encore du hockey fin janvier, j’ai préparé ma saison hivernale avec du hockey et non de la marche ect… maintenant mon choix a été définitif. J’ai été sérieux dans n’importe quel domaine, pour pouvoir réussir ma seconde année cadet. Et cela a payé. Je pense que j’ai encore une bonne marge de progression et je vais travailler avec la BTWIN U19 AG2R LA MONDIALE et le Pôle pour cela.

Comment vois tu ta 1ère année chez les juniors ?

Je vois ma première année juniors avec de l’apprentissage mais aussi du résultat. Je suis un compétiteur, je n’aime pas perde. Donc je donnerai le meilleur de moi même sans me cramer pour pouvoir appréhender la première saison juniors avec du résultat, de la découverte et surtout du plaisir.

Je suis un compétiteur, je n’aime pas perdre.

Comment va se dérouler ta fin de saison cadet ?

Ma saison va se terminer sur le chrono des nations. Je ferai la coupe de France avec les 3 meilleures équipes de chaque interrogions. Et la semaine d’avant je ferai sûrement une 3j ou 23j. Mes objectifs ont quasiment tous été atteints. Je veux finir sur une bonne note ma fin de saison cadet. Mais j’appréhende le plus mes saisons juniors, même si je sais qu’il faudra encore attendre un peu.

Coté scolaire, comment cela se présente ?

Je suis en première ES. Je vais passer mon BAC en 3 ans. Avec le pôle espoir, c’est un cycle de 3 ans avec des journées allégées pour pouvoir allier le scolaire et le plan sportif.

Quel genre de coureur es-tu ?

Je suis du genre très sérieux. Que se soit au niveau de l’entraînement voir même un peu trop sur l’alimentation. Quand c’est à la flamme rouge lors d’un sprint c’est pareil. Si il faut frotter, il le faut. Un sprint c’est la guerre. Mais je sais quand je peux me permettre de faire un écart. A l’entraînement je suis un guerrier autant quand course. Quand il faut se faire mal la gueule, ça fait mal et j’aime ça. Mais comme je le dis souvent « faut savoir ce que tu veux ».

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :