Louis COQUERET : « on ne peut pas gagner seul »

Connaissez vous Louis COQUERET ? Il nous vient de Charleville Mézière, ville du Grand Est enclavée par les Ardennes Belges. Découverte.

Te voila au sein de la BTWIN U19 AG2R LA MONDIALE. Pourquoi avoir fait ce choix ?                      

La BTWIN U19 AG2R LA MONDIALE m’a semblé être un choix évident car cette structure va me permettre de progresser à différents niveaux. En effet, l’accompagnement proposé sur le plan sportif, mais également moral va m’être très bénéfique afin de concilier le vélo et l’école. Les différents stages permettent également de progresser, tout comme les courses internationales où la structure est présente. Cela me permettra de découvrir, par exemple, le contre la montre, de se confronter à une très forte adversité, tout en aidant mes coéquipiers.

La BTWIN U19 AG2R LA MONDIALE m’a semblé être un choix évident car cette structure va me permettre de progresser à différents niveaux.

Qu’est ce que tu attends de la structure ?

La BTWIN U19 AG2R LA MONDIALE va me permettre de prendre de l’expérience sur des courses avec un niveau élevé en junior. Elle m’aidera également sur le plan logistique, avec du matériel de qualité. C’est également une aventure humaine, car on va communiquer et côtoyer des personnes pendant deux ans qui vont nous accompagner dans le double projet du vélo et de l’école. Rouler avec des personnes venant des quatre coins de la France va être également très intéressant.

Te voila bientôt junior, quel bilan de tes années cadets ?

Mes deux années cadets on été plutôt bonnes, et m’ont permis d’acquérir de l’expérience. J’ai commencé le vélo il y a trois ans, et j’ai pu découvrir le monde du vélo et ses différents aspects. Je suis parvenu à m’imposer quelquefois, ce qui fait toujours plaisir. Je retiens particulièrement mon titre de champion de Grand-Est et ma victoire au classement général du Challenge de l’Est qui restent de supers souvenirs. J’ai aussi pu faire quelques courses surclassées cet été et des courses en Belgique où j’ai pu me confronter à des coureurs d’un très bon niveau, ce qui m’a donné une petite idée de ce que pourrait être le niveau chez les juniors.                 

Comment vois tu ta 1ère année chez les juniors ?                        

Je pense que cette année va me permettre d’acquérir de l’expérience, à travers de nouveaux types de courses. Elle me permettra également d’apprendre les différents rôles dans une équipe, ce qui est primordial, et de rouler avec de nouvelles personnes, ce qui est toujours agréable et très instructif. J’espère bien sûr pouvoir participer à des courses UCI, et de pouvoir aider la BTWIN U19 AG2R LA MONDIALE à réaliser de bonnes performances.

Comment va se dérouler ta fin de saison cadet ?                     

Je devrais faire encore une ou deux courses, et continuer jusqu’au Chrono des Nations. Après, je ferai une grosse coupure qui me fait chaque année beaucoup de bien à cette période. Je ne fais pas de cyclocross l’hiver, je préfère faire de la course à pied, ce qui me permet de ne pas trop perdre physiquement tout en laissant le vélo de côté quelque temps et de penser un petit peu à autre chose.

Cela me permettra ensuite de commencer ma première saison junior frais avec une forte motivation.

Coté scolaire, comment cela se présente ?                        

Je viens de rentrer en terminale S, après une bonne année de première ponctuée de bons résultats aux épreuves anticipées du bac. Cette année est décisive pour moi, puisqu’il y a le bac en juin, et puisqu’il faut que je détermine mes études futures. Mon emploi du temps me permet de m’entrainer convenablement, et le fait d’habiter tout près du lycée m’avantage énormément.

J’aime attaquer en course et faire bouger les choses, et pour moi la notion de plaisir est la plus importante.

Qu’elle est ta philosophie du vélo ?

Pour moi, le vélo est avant tout un sport d’attaque et d’équipe. On ne peut pas gagner seul, et faire gagner un coéquipier est tout aussi gratifiant que gagner soi même. J’aime attaquer en course et faire bouger les choses, et pour moi la notion de plaisir est la plus importante. Ce qui compte, c’est de tout donner et de ne rien regretter à la fin de la course.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :