La grande interview : David GIRAUD, manager sportif

David GIRAUD est devenu notre nouveau manager sportif à la BTWIN U19 RACING TEAM, cet automne. Un nouveau challenge pour celui qui était depuis 4 ans, Directeur du Pôle Espoir d’Excellence de Guéret. Entretien.

« Cette année je m’occupe de Dylan Herchel (VC Riomois) et Maxime Jolly (VC Challandais). Les deux devraient avoir des objectifs bien différents.

Dylan Herchel a fait une saison assez moyenne en 1ère année, compte tenu de ses qualités. En effet, il a marché fort au début de saison, multipliant les podiums et s’imposant même sur une étape du tour PACA avant d’obtenir sa sélection pour le Tour pays de Vaux avec l’équipe de France. Ensuite, il a payé l’absence de suivi d’entrainement. A compté du mois de juin, il a été beaucoup moins en vue. En 2017, il devra être plus constant. Il doit apprendre à courir intelligemment pour gagner davantage. C’est un coureur très complet mais sans doute trop généreux dans l’effort. Une saison réussie passe donc par là.

Maxime Jolly découvre quant à lui la catégorie. En 2016, il a énormément progressé et devra confirmer en 2017. Le passage de cadet à junior n’est pas toujours simple mais il devrait être à la hauteur. Il sera dans le coup dès le début de saison mais devra progresser au fil des courses pour arriver en forme dans les périodes importantes de sa saison. C’est un coureur qui peut déjà glaner de très belles épreuves durant sa première saison de J1.  Comme tout junior, il ne doit surtout pas courir après une sélection. Celle-ci ne doit intervenir que s’il est capable de peser au niveau « Coupe des Nations ».

Comment trouves tu le groupe 2017 ?

« Coté humain, nous cherchons à favoriser le groupe à l’individu afin de faire éclore, grâce à l’émulation, quelques champions de demain. Le groupe 2017 est un groupe très homogène. La cohésion y est déjà manifeste bien qu’il n’y ait eu que peu de regroupements durant cet hiver. Coté sportif, nous avons perdu quelques excellents éléments. Mais je ne me fais pas de soucis, cela permettra l’éclosion de véritables leaders humains. 2017 devrait être une année de transition puisque nous construisons un nouveau groupe et que la majorité de celui-ci est composé de Juniors 1ère année. Mais cette année de transition nous apportera déjà, j’en suis certain, son lot de satisfactions. »

Comment travailles tu avec les coureurs que tu entraines ?

Dans mon travail avec mes coureurs il faut que je m’adapte. En effet, j’ai dirigé le Pôle Espoir Limousin pendant 4 ans où j’ai effectué 80% de ma démarche d’entraineur sur le terrain au jour le jour. Cette année, je suis entraineur à distance je découvre donc de nouvelles difficultés. Il est désormais bien plus compliqué de déceler des signaux positifs comme négatifs chez mes coureurs. Il faut être davantage attentif à ce qui ressort de nos échanges puisque je ne les vois que très ponctuellement sur le vélo.

Comment interviens tu sur l’ensemble de la promo, ton rôle, tes actions ?

Mon rôle auprès de la promotion 2017 est divisé en 2 parties. Tout d’abord, je suis l’entraineur principal donc c’est moi qui interviens majoritairement sur le terrain lors des stages et compétitions de la structure. J’ai davantage un rôle de formation complémentaire que de suivi puisque 12 de mes coureurs possèdent un suivi individualisé par divers entraineurs et que cela se passe très bien. Je mets donc l’accent sur les sujets liés à l’hygiène de vie globale tels que l’alimentation, le sommeil, la récupération ou encore la préparation physique, qui sont mes domaines de prédilections. Je fais le point mensuellement avec chacun de ces coureurs.

Ensuite, j’ai un rôle de manager sportif puisque nous avons décidé cette saison d’intégrer 2 nouveaux coachs (Victor Tournieroux et Alexandre Pacot) et de donner davantage de responsabilités à Antoine Petit qui suit désormais Corentin Arnoux. Je m’occupe donc de les accompagner si besoin dans leurs nouvelles missions d’entraîneur, de les driver sur les stages  et de les animer dans les actions qu’ils mettent en place au sein du projet. Cette arrivée de jeunes coachs a donné une tournure très intéressante au projet puisqu’ils enrichissent véritablement notre structure par leur diversité et le suivi qu’ils proposent grâce à leurs connaissances. De plus, le staff continue à s’agrandir puisque Jacques Raugel (papa d’Antoine) et Gwenaëlle Madouas (maman de Valentin) nous rejoignent cette année comme mécanicien et médecin référents. Mon objectif étant de mettre à disposition des coureurs, une véritable cellule de performance.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :