Jordan Labrosse : « j’ai besoin d’objectifs »

A cause du confinement, Jordan LABROSSE est à l’arrêt. Apprenti charpentier, il ne peut plus travailler. « C’est une situation nouvelle pour moi. » Habitué à devoir jongler entre le boulot et le vélo, Jordan n’a pas vu de changement important dans son quotidien : « jusqu’à présent, avec les horaires de travail, je devais m’organiser pour rouler. Actuellement, cela me fait deux sorties sur route de moins par semaine à cause du confinement. » Jordan a du, comme tout le monde, réorganiser son quotidien : « au début, il y a 10 jours, j’ai commencé à m’occuper de cet espace temps en faisant du rangement dans ma chambre, en triant mes affaires etc… j’en ai profité pour refaire ma chambre. J’aide mon père à la maison sur des travaux. On s’occupe comme on peut. »

Difficile de se projeter : le junior 2 de Cours La Ville est dans le flou pour la suite de la saison « plus le temps passe, plus on a du mal à voir la fin du tunnel. C’est pour tout le monde pareil de toute façon. Il faut prendre son mal en patience. Avec la team VAN RYSEL – AG2R LA MONDIALE, on est en contact tous les jours. Il y a des visio-conférences sur plein de thématiques différentes. On apprend des choses. Cela permet de s’occuper 1h dans la journée. Et puis, on fait du sport ensemble, à distance. C’est sympa, on a notre coach avec nous. On fait bien sur du home trainer comme tout le monde, mais aussi des séances d’étirements, de renforcement musculaire. Et puis on a la chance de pouvoir dialoguer avec des intervenants extérieurs : Nans Peters était là cette semaine pour nous parler de son expérience chez les pros dans le domaine de la récupération. Là bientôt, on va avoir d’autres coureurs pros comme Valentin Madouas, Benoit Cosnefroy, Geoffrey Bouchard…« 

Le cyclisme, Jordan l’a découvert avec son grand-père, qui l’emmenait voir des courses de vélo. Puis Jordan a commencé à l’âge de 12 ans. « J’ai fait 4 ans de BMX avant de débuter sur route / cyclocross voila 3 ans, en cadet 2. J’aimai bien faire le fou avec le vélo. Mes parents m’ont emmené aux portes-ouvertes à Roanne et j’ai débuté par le BMX pour m’amuser. Avant j’ai fait du Basket depuis l’âge de 4 ans pendant 10 ans. J’avais un bon niveau à la fin, je jouais meneur / pivot. »

Pendant que tu roules, tu oublies tes problèmes.

Jordan Labrosse

Le goût de la compétition : « J’aime bien la compétition. J’aime rouler vite. Le BMX m’a permis de gagner en pilotage, en trajectoire. Cela me sert beaucoup. Le cyclisme c’est aussi le fait de changer de paysage tout le temps. Cela fait voyagé. J’aime bien le tempérament de Julian Alaphilippe, je me retrouve bien en lui dans sa façon de courir. » Style de vie, pour Jordan, c’est avant tout le plaisir qui prédomine : « je m’entraine par objectif. J’ai besoin d’avoir des objectifs. Pendant que tu roules, tu oublies tes problèmes. Sur le vélo, tu es seul au monde, au milieu de la nature…« 

Objectif pro : Jordan a plusieurs cordes à son arc. « J’ai découvert la charpente depuis que je suis tout petit par mon parrain. J’aime bien être sur les toits, de couper du bois. C’est un métier très technique, il y a pas mal de calcul à faire, c’est comme des Légo. J’aimerai faire une carrière de cycliste professionnel si cela me sourit. Sinon, travailler comme mécano cycle aussi, cela me plairait beaucoup. »

Et demain ? Jordan qui préfère les montées courtes et intenses, rêve du Tour du Valromey. « C’est une course que j’ai aimé faire l’an passé. Il y avait du monde dans les cols. Je n’ai pas encore couru en Belgique, j’espère y courir cet été, il parait que l’ambiance est géniale aussi. » Le puncheur/grimpeur est fan du Mont Ventou : « C’est d’abord mythique. Je me suis essayé une fois sur le Mont Ventou, tout comme l’Alpes d’Huez, le Col de la Croix de Fer. J’aime le Ventou pour sa vue dégagée. C’est très dur de monter là haut, mais ça vaut le coup. »
Le monde du vélo évolue et Jordan s’en inquiète : « ça va devenir un jeu vidéo : oreillettes, capteur de puissance… le coureur ne décide plus de rien. C’est un pion. Pour moi, ça tue la course. Le cycliste ne fait plus sa course. Ca me fait un peu peur…. et ça ne me donne pas envie non plus. Espérons que ça change. »

Palmarès saison 2019 – firstcycling.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *