Et après ?

Après trois semaines post-confinement, c’est l’occasion de faire le point avec le staff de l’équipe.

Où en sont les coureurs après le déconfinement ?

« Tous les coureurs ont repris la pratique sur la route. La période de confinement n’a pas été une perte de temps. On a pu voir dès la sortie du confinement que le niveau de forme était là. Personne n’a régressé, au contraire, on a noté de beaux progrès notamment sur les points d’amélioration » explique Alexandre PACOT, coach de la structure.

Romain GREGOIRE et Léo KRAEMER, en haut de la Planche des Belles en ce début juin

Que font les coureurs en l’absence de compétions court terme ?

« Pour palier le manque de compétition et d’objectifs, les coureurs ont un challenge hebdomadaire à réaliser #challengetoi, qui consiste à réaliser la meilleure performance sur des temps précis (sprint 7sec, 30 sec, 1 min, test 5 min, 10 min, 15 min…). Cela les motive et permet à chacun d’avoir une évaluation de son travail « confiné ». «  précise Alexandre PACOT. «  De longues sorties sont également proposées avec pour objectifs : passer des caps / paliers physiques et prendre du plaisir en découvrant de nouvelles routes d’entrainement. On espère ensuite pouvoir programmer des stages cet été. »

L’absence de compétitions ne permet pas de mettre en valeur les coureurs Junior 2 en vue de leur passage chez les espoirs. Est ce un problème ?

« Notre structure est intégrée dans la filière de formation AG2R LA MONDIALE. De ce fait, un certain nombre de juniors poursuivront logiquement leur cursus chez les espoirs au sein de la filière, en l’occurence au Chambéry Cyclisme Formation. » explique Alexandre CHENIVESSE, Team Manager de la structure junior. « Nous avons également pas mal de données sur nos juniors 2 depuis leur arrivée chez nous, et le stage en Espagne en février a permis également de les évaluer sur le terrain. Enfin, n’oublions pas que nos juniors 2 ont déjà une certaine expérience au niveau international – et qu’ils complèteront en fin de saison si tout va bien. Nous ne sommes pas inquiet sur leur passage chez les Espoirs, au sein d’équipes Nationales 1 ou 2. Le travail que nous menons – et chaque année le prouve – permet à nos juniors 2 de continuer chez les espoirs dans de belles équipes. »

Est-ce que le recrutement de l’effectif 2021 sera plus compliqué cette année ?

« Nous avons légèrement modifié notre façon de recruter pour 2021, en nous adaptant à la situation. Il y aura peut-être plus de coureurs J2 l’an prochain. Nous allons également mettre en place des tests de terrain au mois d’août pour rencontrer un certain nombre de candidats. La décision de l’effectif 2021 sera retardé d’un mois (à fin septembre). A ce jour, nous avons déjà reçu plus de 140 candidatures dont 30 de l’étranger. Des candidatures de très bonnes qualités. En 2021, nous poursuivrons notre ouverture Européenne avec dans l’effectif plusieurs coureurs étrangers de différents pays frontaliers. Nous aurons deux coureurs Britanniques qui seront toute l’année en France, en famille d’accueil chez nos coureurs français. C’est gagnant-gagnant pour tout le monde. » explique David GIRAUD, Manager Sportif.

Quels sont les projets de la structure pour la suite ?

« Nous sommes à la 12ème saison de la Team Junior. Nous avons accompli beaucoup de progrès ces dernières saisons, et nous nous sommes professionnalisés à tout point de vue. Maintenant une nouvelle étape commence. Nous allons disposer de locaux sur Voiron, en Isère, dès cet automne. Des bureaux, un service-course, des espaces de travail. Nous allons progressivement développer un Centre de la Performance, véritable outil du développement et de l’accompagnement des cyclistes de haut-niveau. Cette période de confinement nous a permis d’avancer plus vite sur ce projet. Tant mieux. » répond Alexandre CHENIVESSE. « Pour 2021, nous souhaitons pouvoir faire le calendrier de courses UCI prévu cette saison. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *