Comment rester motivé au temps du Covid-19

Dossier réalisé par David GIRAUD, manager sportif de l’équipe VAN RYSEL – AG2R LA MONDIALE U19.

Ce n’est  un secret pour personne, nous vivons une période particulière. La sortie prochaine du confinement, ne signifiera pas un retour à la normale pour les cyclistes compétiteurs. Pour les jeunes coureurs, malgré une saison qui pourrait s’avérer totalement “blanche”, il est important de continuer à progresser et donc de rester motivé. Pour cela, il va falloir, bien évidemment revoir ses objectifs. Dans cet article, nous vous expliquons pourquoi il est important de se fixer des objectifs mais aussi comment se fixer des objectifs adaptés et efficients.

En quoi se fixer des objectifs est important ?

Il n’est plus nécessaire de le démontrer, la science l’a déjà fait à de nombreuses reprises, et si nous cherchons dans notre mémoire, dans notre expérience, nous sommes bien souvent capable de trouver des exemples nous même, lorsque l’on se fixe des objectifs, on progresse davantage que lorsque ce n’est pas le cas. Mais quelles en sont les raisons ? 

  • Étant davantage motivé, nous faisons preuve davantage de persévérance et d’abnégation, élément nécessaire à la progression.
  • Notre capacité à nous concentrer sur la pratique de notre sport est décuplée. Nous sommes donc plus méthodique et organisé dans notre manière d’aborder l’entraînement et tout ce qui l’entoure.
David GIRAUD, manager sportif de l’équipe VAN RYSEL – AG2R LA MONDIALE U19 lors d’une séance d’entrainement de CLM par équipe.

Quel type d’objectifs doit-on se fixer ? 

Les questions que l’on se pose :

  • Quelle est mon objectif à long terme ? 
  • Quels sont les objectifs à moyen terme que je dois me fixer pour l’atteindre ? 
  • Quels sont les objectifs à court terme que je dois me fixer pour atteindre ces objectifs à moyen terme ?

Naturellement, en tant que compétiteur, nous nous fixons très facilement, des objectifs de performance : gagner telle course, remporter tel classement annexe, porter le maillot de telle sélection. Ces objectifs de performance obligent à être en forme à des moments précis de la saison et apparaissent nécessaires dans la construction de nos planifications (calendrier de course, coupures, micro-coupures et macrocycles). 

L’atteinte de ces objectifs, fixés dans le but de satisfaire notre égo ou celui de nos proches, repose sur des critères externes, c’est à dire sur des éléments ne dépendant qu’en partie de notre volonté. Le résultat obtenu est souvent binaire (à double tranchant).

J’ai obtenu le maillot escompté = réussite. 
Je termine 12ème d’une épreuve sur laquelle je visais un top 10 = échec.
Ne pas atteindre ce type d’objectifs peut facilement provoquer la désillusion et par conséquent, une perte de confiance en soi.

Il est donc nécessaire, si l’on veut se mettre dans les meilleurs dispositions de performance, de déterminer également, après avoir été évalué ou s’être auto-évalué, des objectifs dit “de compétence ou d’apprentissage”. Ces objectifs reposent davantage sur des critères internes c’est à dire qu’ils dépendent davantage de notre volonté. Ils auront pour but de jalonner notre préparation, notre saison et même notre carrière et nous permettront d’être plus efficace pour atteindre nos objectifs de performance.

Comment doit-on choisir nos objectifs ?

Les questions que l’on se pose :

  • Qu’est ce que je sais faire ou ne pas faire et quel est mon niveau de compétence dans ces différents domaines ?
  • Quel est le niveau que je veux atteindre à court et moyen terme ? Quel est le niveau que je peux atteindre dans ce laps de temps ?

Nos objectifs doivent être ambitieux mais réalisables. Ils doivent donc faire l’objet d’une évaluation préalable et d’échanges réguliers avec notre entraîneur ou d’un conseiller avisés de notre entourage. Ces personnes là auront le recul et donc l’objectivité nécessaire pour nous accompagner dans ce travail de fixation d’objectifs.

De plus, lorsqu’ils peuvent être verbalisés facilement, il ne faut pas hésiter à en faire part à notre entourage, en effet, l’expression publique de ceux-ci augmente la probabilité de les réaliser (à condition bien sûr qu’ils ne soient pas trop ambitieux).

Annoncer la couleur nous responsabilise et permet de créer l’adhésion de nos proches à notre démarche.


Il est également important de se fixer des objectifs dans divers domaines afin que la “non-réussite” de nos objectifs sportifs ne soit pas interprétée comme une catastrophe. Par exemple, au sein de la structure VAN RYSEL – AG2R LA MONDIALE, nous encourageons et aidons, dans la mesure du possible, nos coureurs à construire un double-projet scolaire sportif. Chez d’autres types de sportif, ces objectifs pourront également être d’ordre social, familial ou professionnel. Il n’est d’ailleurs pas rare, de nos jours, que les coureurs professionnels ait une autre activité prenante à côté du vélo. Celle-ci leur permet de s’évader et donc de s’épanouir davantage (apprentissage de l’anglais, cours de Yoga, investissement immobilier, conférence, etc.)

Comment évaluer si nos objectifs sont atteints ? 

Les questions que l’on se pose :

  • Comment vais-je évaluer si mon objectif est atteint ?
  • Quelle note je me met au sujet de cette compétence ? 
  • Ma note, ma prestation, est elle meilleure que celles réalisés au début du cycle ?
  • Ma progression, dans le cas échéant, est elle suffisante ?

Évaluer si nous somme capables de valider une puissance donnée sur un temps donné ou un temps donné sur une distance donnée sont des choses relativement faciles, puisque l’évaluation est objectivé par les outils utilisés (capteur de puissance, chronomètre, etc). 

Par contre, évaluer si nous sommes capables de rester placé à l’avant d’un peloton, si nous sommes capables de descendre vite et bien en course, ou si nous sommes capables d’analyser “qui” sont les coureurs qui attaquent quand nous sommes en tête de peloton, est une chose plus compliquée car très subjective. Il faudra donc redoubler d’inventivité pour fixer les critères de réalisation afin d’objectiver au maximum cette évaluation. Avec l’aide d’observateurs ou de l’outil vidéo par exemple, nous pouvons nous noter dans la compétence concernée en début de cycle, puis en fin de cycle. Les différents critères permettront de fixer la note qui nous indiquera si notre objectif de compétence est atteint, si la progression est suffisante ou même si l’apprentissage est validé.

Exemples d’objectifs :

Exemple d’objectifs de compétence :

  • Savoir rouler au sein d’un groupe compact
  • Savoir descendre un col
  • Savoir rester positionné à l’avant d’un peloton
  • Savoir analyser la course (qui, quoi, quand, où, comment, pourquoi)
  • Savoir gérer ses efforts pour en avoir sous la pédale dans les derniers hectomètres de course
  • Savoir étudier un parcours et en relever toutes les difficultés
  • Être capable de réaliser un certain nombre de watts sur une durée déterminée
  • Être capable d’escalader un col dans un chrono. déterminé
  • Être capable de maintenir une position parfaite en gainage latéral pendant 2’
  • Être capable de garder les mains au fond du cintre pendant 20’

Objectifs de compétence dans d’autres domaines :

  • Être capable de comprendre un texte en anglais
  • Être capable de synthétiser une idée
  • Être capable de demander son chemin à un passant
  • Être capable de s’exprimer en public

Exemple d’objectifs de performance en cyclisme :

  • Gagner une course
  • Terminer dans le top 10
  • Décrocher un maillot distinctif
  • Obtenir une sélection en équipe de France

Objectifs de performance dans d’autres domaines :

  • Terminer l’année premier de la classe
  • Obtenir son diplôme de fin d’études
  • Être pris dans une école souhaitée
  • Séduire une personne
  • Obtenir un poste convoité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *